AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  Le site  DiscordDiscord  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Background - Historique - Lirielle Erkal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lirielle

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 30
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Background - Historique - Lirielle Erkal    Jeu 19 Nov - 15:18

[Terra/ 07/072931]

Une fois de plus la petite fille avait échappé à la surveillance de ses parents. Elle traversa en courant le spatioport de Terra, aussi vite que ses petites jambes le lui permettait. Ses longs cheveux blond, presque blanc en bataille voletait derrière elle.

La gamine heurta durement un homme d’une trentaine d’année qui lui était pressé de rejoindre son vaisseau et de rentrer chez lui. Elle tomba sur le fondement mais se releva aussitôt. Après s'être massé ses fesses endolori, elle se remit en route, ignorant les invectives de ce dernier.

Une fois mêlé à la foule, certaine que ses parents ne la retrouveraient pas avant qu’elle ne l’ai vu, la petite s’autorisa à ralentir et repris son souffle. Bientôt elle reconnu les néons rouges du bar et entra furtivement à l’intérieur.

Le barman, occupé à servir un client fit semblant, une fois de plus, de ne pas la voir mais pianota sur son MobiGlass pour prévenir la famille Erkal ne pas s’en faire, elle était en sécurité.
.
A quatre pattes sous une table, puis longeant le mur, elle rejoignit l’arrière salle. Certaine d’avoir été aussi discrète qu’une ombre elle affichait donc un sourire suffisant de circonstance.

C’est là qu’elle le vit. Assis sur un coussin au sol, dos à elle, Eltaron était occupé à jouer avec des petits vaisseaux en plastique. D’un pas rapide elle vint s’asseoir face à lui et se saisit du mini Redeemer, elle savait pertinemment que c’était le préféré de son compagnon.

Après avoir sursauté le petit garçon se mit à protester.

Lirielle ! Rend le moi !

La blonde releva la tête, le défiant du regard.

Tu me le prêtes ou je m’en vais !

En soupirant, le petit garçon haussa les épaules.

D’accord, mais c’est pas gentil ! Tu me le prend à chaque fois...

La petite blonde lui sourit en faisant voltiger le vaisseau entre eux.

Oui, mais ! Je te le rend à chaque fois. Tu sais bien que j’ai pas le droit d’en avoir. Maman dit que c’est pour les garçons, elle est bête parfois…

Les deux enfants jouèrent ensemble un moment, silencieux. Eltaron n’avait de cesse de jeter des regards discrets à la gamine qui ne semblait pas le voir. En réalité elle en était parfaitement consciente.

Dis…

Oui ? répondit la gamine en plongeant ses yeux bleus dans ceux, verts, du petit garçon.

Sa peau mate le sauva, la petite fille ne vit pas le rouge qui lui chauffait les joues.

Tu veux bien être mon amoureuse ?

Non !

Lirielle se détourna en rougissant avant de lancer un nouveau coup d’oeil vers le gamin. Il semblait très déçu.

Tu sais pourquoi ?

Tu me trouves moches ? s'inquiétât Eltaron.

Il faut qu’on soit amoureux adulte, sinon ça marchera pas. Y a pleins de trucs dégueu que j’ai vu en cachette qu’on peut pas faire tant qu’on est p’tit. Si on s’aime maintenant, c’est cuit !

Le petit garçon réfléchissait.

Attend. Elle farfouilla dans ses poches et en sortit un petit carnet.

On sera amoureux quand je rentrerais au lycée . Hier j’ai fais des maths ajoute elle fièrement.

Elle lui montra la date du doigt, date suivis du nom d’un établissement scolaire de Terra.

Il faut que tu redouble la première fois que t’y seras, mais comme t’es un garçon t’es plus bête, alors c’est mieux. D’accord ?  

Ok. Mais ça va être trop long… râla le petit.

Par contre, si on se tiens pas au plan on se retrouvera pas le jour de la rentrée parce que...je vais quitter Terra dans 3 mois.

Tu seras plus avec moi à l’école ?

Non. C’est pour ça ! Il faut qu’on soit toujours aussi malin !

Elle appuya ses mains sur les épaules du petit garçon et plongea son regard dans le sien. Ses cheveux ébouriffés lui chatouillèrent le front. L’idée qu’elle ne l’agacerait plus à lui prendre son goûter le rendait infiniment triste.

Promet le !

Seulement si t’as pas d’amoureux !

Elle se recula et lui tendis son petit doigt le plus sérieusement du monde pour sceller le pacte. A ce moment la porte s’ouvrit.
Lirielle crispa son visage. Son père entra et  lui jeta un regard noir.

Çà va chauffer pour ton matricule ! Dépêche toi !

A regret la gamine se leva et se dirigea la tête basse vers la sortie, elle n'échapperait pas à une belle fessée. Eltaron la rattrapa.

Non ! Je suis déjà amoureux !

Elle soupira.

Si tu l’es tu vas tout gâcher notre avenir !

Tans pis alors !

Lirielle lui jeta un regard noir.

D’accord d’accord. Alors il lui flanqua un coup de poing dans l’épaule. Au revoir copine !

Son père bien content de ne pas avoir à la punir maintenant qu’elle pleurait déjà, attrapa la main de sa fille et se pourfendit en excuses une fois de plus auprès de Mr Ruan pour le dérangement.


Dernière édition par Lirielle le Jeu 26 Nov - 23:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demons-sisters.jimdo.com/ressources/membres/lirielle/
Lirielle

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 30
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Background - Historique - Lirielle Erkal    Jeu 19 Nov - 15:32


[La Terre / Shanghai / Domicile / 23 Mars 2937]


La blonde n’était pas allé en cours. Tradition oblige le jour de son anniversaire.
Assise sur son lit avec un bol de thé et son ordinateur portable, la jeune femme écoutait une vieille chanson d’amour en révisant ses cours.

Mais son esprit était ailleurs. Ce soir elle avait rendez vous avec Chad Aukin. Elle ne le trouvait pas particulièrement vif d’esprit mais il était plutôt mignon et pour ce qu’elle attendait de lui il ferait l’affaire. Elle en avait parlé avec Mia, sa seul amie au Coven qui lui avait fait la morale sur les premières fois qui devait avoir lieu avec amour, au risque d’un regret éternel et d’une douleur à l'âme difficile à guérir.

Seulement, comme dans tous les domaines la jeune femme se montrait fort curieuse. Elle avait soif d’apprendre, d’expérience et elle n’avait que trop attendu à son goût. Puis pour une fois elle ne culpabiliserait pas de sortir en douce, elle avait carte blanche pour la nuit.

La jeune femme se releva de son lit et s’approcha de l’armoire. Elle enfila une robe rouge qui soulignait ses formes, subjective mais pas vulgaire.
Lirielle s’approcha de Rico :

Qu’est ce que t’en dis ?

Se détournant, le perroquet s’éloigna sur son perchoir.

Tu me fais ce coup là chaque fois que je sors pour me faire une fête d’enfer chaque fois que je rentre...Stupide volatile !

Le perroquet poussa un cri de protestation mais cessa aussitôt en entendant une voix masculine en bas de l’escalier.

Lirielle ! Y a un colis pour toi !

Le blonde fronça les sourcils en retirant sa robe. Elle renfila son tee shirt informe et son bas de jogging et dévala l’escalier. Personne ne lui avait jamais rien envoyé.

C’est de qui ? s’enquit la jeune fille en se saisissant d’un paquet de taille moyenne, carré, sur le plan de travail de la cuisine.

Je ne sais pas ma puce, j’ai pas regardé répondit la voix de sa mère, occupé à mettre des boucles d’oreilles à la hâte. Comme d’habitude elle était en retard et cherchait ses affaires dans le désordre qu’elle semait toujours partout.

Lirielle tourna son mobiglass vers le code sur le colis.

Bon anniversaire.

Pas d’expéditeur. Elle retourna le paquet dans tout les sens avant de l’ouvrir. A l’intérieur se trouvait un jouet, le petit redeemer d’Eltaron.  
Tremblant, la jeune femme partit s’asseoir sur le canapé.
Elle ne l’avait pas revu depuis son déménagement. Il n’avait jamais répondu aux moindres de ses messages, elle l’avait attendu des heures durant cette fichu rentrée ou le brun ne s’était pas présenté. Dans sa tête elle essaiya une fois de plus d’imaginer à quoi il pouvait bien ressembler aujourd’hui. Il n’était sur aucun réseau social, un vrai fantôme…

Dites, on fait quoi ce soir ?

Ses parents échangèrent un regard, elle n’avait pas demandé une telle chose depuis des années.

On pourrait rester ici et faire livrer, tout simplement ?

Vendu maman !

Ce soir là des éclats de rires résonnèrent chez les Erkal et la jeune fille garda sa virginité qu’elle n’avait jamais vraiment eu envie de perdre avec Chad Aukin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demons-sisters.jimdo.com/ressources/membres/lirielle/
Lirielle

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 30
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Background - Historique - Lirielle Erkal    Jeu 19 Nov - 15:46

3 Avril 2938 [La Terre / Shanghai / High School / 18h36]

La journée avait été longue et surtout inutile aux yeux de la jeune fille. Le principe des punitions collectives, à leurs âges, lui sortait par les yeux. Elle enfila son blouson de cuir marron en quittant le bâtiment principal. Son ordinateur portable sous le bras.
Deux heures à se faire suer dans une salle de classe avaient eu raison de sa bonne humeur.

Son casque crachant de la musique à s’en rendre sourde, elle s'engageât dans la rue, un groupe de types sur le trottoir d’en face attirèrent son attention. L’un deux fit un croche pied à quelqu’un qui passait par là. Elle capta sans avoir besoin de les entendre que cela les faisait beaucoup rire.

Hochant la tête d’un air désapprobateur, la blonde poursuivi son chemin. L’un deux traversa soudain en courant et se planta devant elle. Elle écarta son casque de ses oreilles pour le pendre à son cou, puis vu sa taille et celle du type, leva la tête bien haut pour le voir.

Il avait l’allure typique du petit délinquant crétin. Sous sa casquette, la blonde devinait des cheveux noirs. Un début de barbe mal répartit. Le type portait un jean trop large, un tee shirt noir informe et par dessus une chemise à carreau verte qui cachait mal des épaules larges.

Quand il releva les yeux, Lirielle laissa tomber son ordinateur au sol. Incapable de parler ou de faire quoique ce soit elle resta bêtement à le regarder le ramasser.

Ses yeux, elle les aurait reconnu entre milles. Après des années à le visualiser elle le découvrait, conforme en tout point à ce qu’elle avait imaginé. Mais avec quelque chose de plus, il était bien réel.

Tu es…

Déjà les larmes lui montaient aux yeux.

Pourquoi t’es pas venu ce jour là ? Je t’ai attendu tu sais, j’avais besoin de toi !

Le brun posa sa main sur son épaule.

Je pouvais pas, j’étais…

Soudain tout s’éclaira dans son esprit. Cette casquette !

El, ce jour là, le gamin qui a massacré Tuck, c’était toi !

Ouais princesse, j’ai finis en maison de redressement après ça.
Fais pas cette tête, si ça n’avait pas été pour ça, j’aurais trouvé une autre connerie à faire.


Il laissa son index se poser sur la cicatrice de sa lèvre supérieure, souvenir indélébile de la violence gratuite.

L’image de l’énorme pierre qui lui avait ouvert la lèvre, de l’adulte qui l’avait éloigné et de la furie qui s’était jeté sur Tuck lui revinrent en mémoire.

Combien de temps il est resté à l'hôpital ce connard ?

Un mois.

Le brun eu un sourire satisfait.

Viens, on va marcher un peu.

Eltaron acquiesça et lui emboîta le pas. Tandis qu’elle l'entraînait dans une ruelle adjacente déserte, elle prit de l’élan et lui arracha sa casquette.

Ben y a des choses qui changent pas à ce que je vois !

Si tu la reprend, je m’en vais je te préviens !

J’oserais pas, ça te va trop bien.

Soudain la blonde accéléra le pas et se planta devant lui.

Pourquoi ?

Pourquoi quoi ? répondit son ami d’enfance.

Violence, vol, cette fichu casquette, plus personne ne porte ça bon sang ! Et cette bande d’abrutis ?

Cette tenue de gosse de riche, ce portable hors de prix, ce petit air suffisant ? Regarde tes ongles putain !

J’ai changé Eltaron, tu sais, grandis ?

Moi aussi, mais je suis resté en accord avec ce qu’on était. Je me suis endurci, comme tu l’étais.

Tu te trompes.

Notre avenir nous le diras.

Parce qu’on a un avenir ?

J’ai fais ce que tu m’as demandé la dernière fois qu’on s’est vus. J’ai arrêté de t’aimer.

Je t’en prie, on était des gamins…

Tu vois, elle est là la différence entre toi et moi, moi je jouais pas.

Alors que le brun faisait demi tour d’un pas rapide, l’idée qu’il s’éloigne encore une fois d’elle lui déchira les entrailles. Sa réponse lui sembla tellement fausse et méchante, pour rien, qu’elle chercha un moyen de s'excuser.  

Attend ! J’ai...j’ai fais ce que tu m’as demandé, j’ai pas eu de petits copains. J’ai faillais trahir notre promesse, un soir, un seul, mais j’ai reçu un petit redeemer.

Le destin…

Il fit demi tour et sans prévenir la pris dans ses bras. La blonde savoura ce sentiment de plénitude totale. Comme si elle avait vécu jusqu’ici uniquement pour ce moment. Elle se sentit soudain plus petite, mais aussi plus femme. Toujours lové contre lui elle écouta ce qu’il lui murmura à l’oreille.

Le type à qui on a fait un croche pied toute à l’heure s'appelle Edward Call. C’est un type bien sous tout rapport, en apparence, sauf si tu grattes un peu la surface. Pour ça on a le meilleur hacker. Bref, ce binoclard là, il prend contact avec des mineurs, les manipule et les viole. C’est la prochaine victime de mon gang. On fait ce que ne fais pas l’Advocacy, on agit. Mais moi je ne serais plus là pour voir ça princesse.

Il s’écarta d’elle avant de poursuivre.

Maintenant que je suis majeur et que t’as une…


Le brun afficha un air pervers en hochant la tête, approbateur.

...sacré paire de seins et un regard à tomber par terre, je peux pas me permettre de me faire coffrer, quelqu’un doit veilleur sur toi.

Tu comptes faire quoi ?

Rien de légal je te rassure, mais rien qui ne va chercher de lourde peine si je me fais chopper.

Tu devrais arrêter les conneries et…

Le petit gamin timide que tu tyrannisais à disparue, princesse.

Arrête de m’appeler comme ça, ça me tape sur le système.

C’est pas ce que t’es devenue, une gentille petit princesse de conte de fée avec un portable rose assortit à ses ongles ?

Le regard noir que la jeune femme lui lança lui fit ravaler son petit rire crétin.

Si je réussis dans la vie, tu seras peut être bien content. Tu sais, NOTRE avenir.

Lirielle scruta les deux cotés de la rue et plaqua le brun contre le mur. Elle avait terriblement envie de le faire avec lui et personne d’autres, c’était une évidence, mais des sentiments néfastes se mêlaient à ce besoin pressent.

Avec ton allure de délinquant, ton regard à rendre amoureux n’importe qui, ton odeur, avec tout ça, il y en a combien ?

Le petit air joueur que le brun affichait apparemment en permanence sur son visage maintenant qu’il était adulte lui sembla moins éclatant. Il posa sa main sur sa joue.

Qu’est ce que ça peut foutre ?

Tu me le dois.

Le brun détourna les yeux vers le sol et haussa les épaules, elle revit le gamin l’espace d’une minute avant qu’il ne la regarde à nouveau.

En ce moment trois, de quoi passer du bon temps et me loger gratuitement.

Une de plus ou de moins hein ?

Elle ne savait pas trop pourquoi elle ressentait autant de colère mais elle voyait bien qu’elle lui faisait mal…

La blonde glissa ses mains sous son tee shirt mais il la repoussa sans ménagement.

Qu’est ce que tu fous putain ! Pas ici comme ça à l’arrache, pas avec toi.

C’est pas toi qui me trouvait trop coincé ?

Devant le doux regard vert d’Eltaron sa colère disparu aussitôt.

Si c’est pas maintenant ce sera quand ? Dans 6 mois, un an, plus ? Je ne veux personne d’autre que toi pour...découvrir ça. Apprend moi.

Et merde cracha Eltaron en fixant la rue à son tour. Sans qu’elle s’y attende il la souleva et l’embrassa. Il échangèrent un baiser d’abord enfantin, tandis qu’elle nouait ses jambes autour de sa taille, puis les baisers se firent de plus en plus profond.

T’es sure que tu veux faire ça dans cette ruelle crasseuse ? On pourrait aller ailleurs, ou tu veux, j’ai encore un peu de temps…

Ne gâche pas tout.

Je ne veux pas te bai...je veux faire ça bien princesse, d’accord ?

Avec un sourire soudain adoucit, la blonde posa ses mains sur son visage avec tendresse. Il ferma les yeux un instant sous les gestes de sa meilleure amie d’enfance.  

J’ai une idée !

La blonde attrapa son mobiglass et transféra sa chanson préféré au brun. Puis elle ajouta en souriant tandis qu’elle remettait son casque sur ses oreilles :

Avec un peu d’imagination, on sera partout sauf ici !

T’es vraiment devenu une nana…

Malgré tout le brun joua le jeu et dès qu’il posa son propre casque  sur ses oreilles, le jeune fille lança la musique. Contre tout attente l’idée lui sembla finalement plutôt agréable.

Bientôt il oublièrent complètement l’endroit, ne prêtèrent pas attention au type qui s’arrêta un instant à l’entrée de la rue pour se rincer l’oeil, hermétique au monde extérieur.
Eltaron s'excusa quand la douleur tira les larmes à sa compagne et qu’il sentit le sang couler contre sa cuisse, elle, le remercia, mais la musique bloqua leur échange.
Ils restèrent longtemps enlacés, silencieux, avant que le mobiglass d’Eltaron se manifeste et que sur un dernier baiser volé, la vie les sépare à nouveau…


Dernière édition par Lirielle le Sam 5 Déc - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demons-sisters.jimdo.com/ressources/membres/lirielle/
Lirielle

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 30
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Background - Historique - Lirielle Erkal    Sam 5 Déc - 23:43

24 aout 2941 [La Terre / Shanghai / High School / 21h12]

Lirielle remonta ses lunettes sur son nez, réajusta sa queue de cheval indiscipliné, avala une gorgé de soda et se replongea sur l’écran de son ordinateur avec tellement de ferveur qu’elle ne vit pas son petit ami qui l’observait avec des yeux de merles en fris.

Quand enfin elle sentit qu’on l’observait et qu’elle se tourna dans sa direction c’est lui qui tourna la tête. La jeune fille fronça les sourcils, enleva ses lunettes et l’invectiva depuis son siège de bureau.

Ben, dis moi ce qui ne vas pas depuis ce matin…
On est sensé réviser pour le partiel le plus important de notre vie et t’es pas foutu de te concentrer !


Le jeune homme s’assit brusquement sur le bord de lit, faisant tomber son propre ordinateur par terre. Il s’agenouilla alors devant elle. Les deux amoureux n’entendirent pas les bruits de pas dans le couloir et ne virent pas l’homme dans leurs dos qui s’adossa dans l'entrebâillement de la porte.

Je veux qu’on se fiance Lili, je t’aime.


La jeune femme ne s’attendait pas le moins du monde à ça et alors qu’elle s'apprêtait à répondre, émue, une voix connu le fit à sa place.

L’éclat de rire d’Eltaron résonna dans le couloir.

Mec, tu crois sérieusement que ma princesse passerait sa vie avec un type aussi ennuyeux que toi ? Sérieux, t’as même pas eu une contravention dans ta vie…

Lirielle ? C’est qui ce connard ? s’énerva le jeune homme en se relevant.

Lirielle se prit la tête dans les mains, les coudes sur les genoux. Elle sentait la colère sourde qui grandissait dans son ventre.

Le brun était déjà dans la pièce, poussant l’étudiant contre le mur qu’il heurta avec violence. Il le dépassait d'une bonne tête. Son visage à quelques centimètres du sien, Eltaron lui répondit :

Répète pédale, j’ai pas bien entendu ?


Lirielle se leva brusquement et repoussa le brun en arrière.

Ben, laisse nous, j’ai des choses à dire à...mon ami.

Lui, ton ami ?

Eltaron changea d’expression et passa de la colère à l’amusement instantanément.

Alors on est juste ami maintenant ?

Lili, il se passe quoi là ? De quoi il parle ?


Sort.

C’est à lui de sortir
rétorqua l’étudiant en croisant les bras avec un air de défi que la blonde trouva très mignon mais qui l’agaca franchement.

Très bien, alors c’est nous qui partons.

La jeune femme attrapa Eltaron par un pans d’une de ses éternels chemises à carreaux. Sans écouter les appels de son petit ami dans le couloir, la blonde les fit entrer dans une salle de cours vide à cette heure là de la soirée.

Elle lui flanqua aussitôt un méchant coup de pied dans le tibia qui tira une grimace à son compagnon.

J’en ai marre Eltaron, j’en peux plus, je n’ai plus envie de jouer…


Ce type n’est pas fait pour toi.

Lirielle le fixa, les lèvres serrés par la colère.

Qu’est ce tu en sais hein ?

Je te connais. Tu refoules ta vraie nature.

Ma vraie nature ? C’est quoi ma vraie nature ? Me faire enfiler pour avoir ma dose, dormir dans des squats, voler, mieux encore, tuer ?
Non Eltaron, tu n’as pas assez de temps avec moi ses dernières années pour savoir qui je suis. Je crois même que tu ne l’as jamais sut...

Le brun ravala son sourire suffisant, elle l’avait blessé mais il avait été trop loin.

Tu sais très bien que je ne parle pas de ça…

Tu as un meilleur candidat à me proposer ? Je t’écoute, allez, qui est fait pour moi ? Toi ? Toi qui revient en territoire conquit chaque fois que je commence à construire quelque chose avec quelqu’un pour mieux disparaître dès que tu as tout détruit ?

Pour la première fois elle le vit réellement défaillir et il détourna les yeux.

La jeune femme sentit les larmes monter mais elle inspira un grand coup et se reprit, s'avança et pointa son doigt sur le torse du voyou.

Ecoute moi bien Eltaron Ruan, je tire un trait sur...je ne sais même pas ce qu’on est. Je ne vais plus jamais entendre parler de toi, je ne veux plus que tu me surveilles, pardon “protèges”. Disparaît de ma vie, ce soir. Pour ma part je vais aller essayer de guérir ton venin…

Déjà Lirielle faisait volte face, alors que sa main se posait sur la poignée de la porte, Eltaron tenta de la retenir.

Attend, écoute…

NON ! Je te l’ai dis et je ne plaisantais pas. Oublie moi, il n’y a plus de “notre futur”.

A regret le brun la laissa lui échapper. Il la regarda jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans le couloir de l’université.
Au prix d’un effort surhumain la blonde ne se retourna pas, elle ne lui ferait pas ce plaisir. Elle avait l’horrible sentiment de s’être amputé d’une partie d’elle même.


Dernière édition par Lirielle le Dim 6 Déc - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demons-sisters.jimdo.com/ressources/membres/lirielle/
Lirielle

avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 18/11/2015
Age : 30
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Background - Historique - Lirielle Erkal    Dim 6 Déc - 0:31

16 juin 2942 [Terra /Cimetière de Dash / 10h40]

Comme pour rendre cette matinée encore plus triste qu’elle ne l’était déjà, la pluie ne cessait de tomber depuis qu’elle était sortit de son véhicule pour rejoindre le cimetière.

Contrairement aux autres personnes venus pour l’enterrement, Lirielle n’avait pas enfilé de tenue noire ni amené de parapluie. Sentir la pluie ruisselé sur elle lui apportait un étrange réconfort et elle masquait ses larmes. Elle ne s’était pas non plus maquillé.

Elle enterrait ses deux parents dont la mort accidentelle laissait une plaie béante dans son coeur et elle ne se sentait pas capable de parler à sa famille, pas maintenant. Elle retournerait peut être au coven, peut être pas.

En attendant elle était là, écoutant distraitement les paroles du prêtre. La jeune femme se sentait terriblement seule, démunis. Ils avaient toujours été très présent dans sa vie et même si la mort de ses parents était dans l’ordre logique des choses, pas comme ça, pas dans la violence et la souffrance…

Alors qu’elle se remémorait les souvenirs de ses parents, elle laissa échapper un gémissement discret, elle peinait à retenir toute sa peine à l’intérieur d’elle même.

Une main se glissa soudain dans la sienne. Elle n’avait même pas eu besoin de tourner la tête pour savoir à qui elle appartenait. Non, ce n’était pas Ben, Ben qu’elle avait longuement attendu en vain pour rejoindre le convoi.

Elle força légèrement sur la main du brun pour entremêlé leurs doigts.  

Comprenant qu’elle ne le rejetait pas, Eltaron la lâcha un instant pour mieux la prendre dans ses bras. Lirielle ne l’avait jamais serré aussi fort et il sentait ses lourds sanglots contre son torse. Il retira son blouson et le posa sur ses épaules.

Ils restèrent longtemps soudés l’un à l’autre dans le cimetière, quand enfin la jeune fille s’apaisa et releva ses yeux bleux vers lui il n’y avait plus personne et la pluie avait cessé.

Je suis désolé, je ne pensais pas ce que je t’ai dis ce jour là El…

Le brun lui sourit.

Je sais. Eh ! Il prit son visage dans ses mains. Ne recommence pas à pleurer, ou alors pas pour ça. J’ai merdé princesse et je merderais toujours, ne regrette pas ce que tu as dis, je le méritais. Ton Ben il a raison je suis un connard, c’est vrai.

Qui est là aujourd’hui ? C’est le pire jour de ma vie Eltaron et il n’est pas là, toi si. Comme toujours…

Il l’attira de nouveau à lui.

Je le serais toujours mais de loin. Je n’ai plus le droit d'interférer dans ta vie comme je l'ai fais...
La blonde s’écarta et plongea son dans l’immensité de son regard. Elle se demanda si elle le révérai ou si elle se contenterait de sentir son aura autour d’elle. ? Lirielle n’avait pas la force de le retenir et elle ne savais même pas si elle le devait..Elle ne savait plus rien aujourd'hui...

Embrasse moi et ramène moi chez moi s’il te plaît, j’ai besoin de m’enfermer dans ma bulle.

Avec plaisir il s'exécuta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demons-sisters.jimdo.com/ressources/membres/lirielle/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Background - Historique - Lirielle Erkal    

Revenir en haut Aller en bas
 
Background - Historique - Lirielle Erkal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Background Personnages
» PROJET Warhammer historique : GUERRE de 100 ans
» [RESOLU] Background selon le lieu et sauvegarde
» Background du LA géant
» [Background/Officiel] Calendrier impérial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demon's Sisters :: La Zone RP :: Les Backgrounds Sisters-
Sauter vers: